Learning by doing : et si on apprenait efficacement !

Une question me taraude :thoughtful beautiful business woman scratching her head
pourquoi continuons-nous à nous former de manière parfaitement inefficace ????

Comment apprenons-nous ? Comment progressons-nous ?

La manière dont nous apprenons et progressons est bien évidemment un sujet qui tient à cœur des formateurs dont je fais partie … mais au-delà de l’intérêt du pédagogue, c’est une question qui m’agite aussi en tant que Dirigeante d’entreprise et Manager.

On le dit, on le répète – et c’est vrai – la plus grande richesse de l’entreprise est constituée de son capital humain. Ce n’est pas faire preuve de « bisounourserie » de l’affirmer car une entreprise est un système à visée économique et, clairement, le « capital humain » génère le « capital financier ». Donc, nous avons intérêt à être et à ce que nos collaborateurs soient très bons, voire excellents et en constante progression.
Qui dit « constante progression » dit « formation régulière » … et efficace …

Et pourtant, nous continuons – la plupart des entreprises continuent – de former leurs collaborateurs de manière parfaitement inefficace !!!

Yoga et performance relationnelle : même combat !

Depuis plusieurs mois, j’avais envie de « me mettre au yoga » … Le yoga, comme çà, çà a l’air un peu « baba cool / bobo » et plutôt facile : on s’allonge, on respire, on fait « Ômmmm » et voilà …
Le yoga en fait, c’est une véritable discipline, à la fois mentale et physique (très physique).  Alors, pour « m’y mettre », au début, qu’est-ce que j’ai fait ?
J’ai lu des livres … j’ai observé des schémas de posture … j’ai acheté des magazines (comme c’est la mode, il y a toujours de nouveaux magazines …), j’ai regardé des conférences sur Internet…

Ahhh çà, on peut dire que je me suis documentée !!!!

Est-ce que lire et écouter des maîtres yogis m’a fait progresser en yoga ?
Non, absolument pas… mais bon, çà m’a permis d’appréhender voire comprendre la philosophie sous-jacente.

Ok, mais est-ce que çà m’a fait progresser dans la discipline exigeante qu’est le yoga ????
Réponse : pas du tout !

Écouter et lire, c’est se rassurer … Faire, c’est se mettre en danger

Tant que j’écoute, que je lis, que je suis intéressée mais passive, je peux conserver l’illusion d’avoir la maîtrise. Mais si je veux vraiment toucher du doigt (et des muscles), je dois faire !
Alors, depuis maintenant 3 semaines, chaque matin, au lever, à jeun, je me connecte à You Tube et je suis une séance de 30mn à 1h de pratique.

Est-ce que c’est difficile ? Oui !
Est-ce que je progresse ? Oui, doucement mais sûrement
Est-ce que les séances via Internet sont suffisantes ? Non en réalité parce que, si cela me permet d’avoir un modèle et de pratiquer, il me manque la personne qui me corrige en live … Je risque de prendre de mauvaises habitudes posturales et de développer une pratique inadéquate. Alors, chaque fois que je peux, je vais à un cours avec un professeur qui me corrige … et j’espère que la conjonction « pratique supervisée + entraînements réguliers » me permettra de progresser, ce que je sens déjà.

Faire, c’est se mettre en danger, pourquoi ?

Quand je fais, pour progresser, je dois faire régulièrement, sans quoi, çà ne sert à rien (confère le sport, la musique …)
Quand je fais, je cours le risque de ne pas y arriver … de me confronter à mes propres limites, intellectuelles, physiques et me rendre compte que c’est difficile et çà fait mal … et que, lire, c’est beaucoup plus confortable.
Quand je fais sous la supervision d’un expert (seul réel moyen de progresser), je cours le risque qu’il pointe mes limites … qu’il me fasse recommencer encore et encore et que j’entende « ce n’est pas bien », que je peux traduire par « je suis nul(le) » alors que le message sous-tend uniquement la nécessité de s’entraîner pour réussir.

Je cours aussi le risque d’y arriver, et çà, c’est juste magique !

Et pour nos acquisitions professionnelles,
çà se passe comment ?

… Idem … pareil …

Pour des raisons culturelles et financières (et peut-être aussi psychologiques ?), nous reproduisons les mêmes schémas très conceptuels pour nos formations et celles de nos collaborateurs.
Prenons comme exemple, au hasard, la formation des commerciaux d’une entreprise (vous pouvez prendre le même schéma pour les Managers). Le commercial, c’est celui / celle qui ramène les bons de commande signés donc, un élément primordial dans une entreprise, a fortiori en période de difficultés financières.

Une formation commerciale, la plupart du temps, c’est :
Organisation : 1 jour voire 2 au mieux dans une salle … avec une bonne douzaine de participants.
Programme : « revoir les basiques de la vente » – « L’apport de la Process Comm dans l’acte de vente » – « Le vendeur performant (ou Challenger Sale) » (très à la mode en ce moment) …
Format : 20 à 150 slides – Des « échanges sur les pratiques » – Quelques simulations – jeux de rôle pour le côté concret et entraînements (mais très peu compte tenu du peu de temps imparti, du nombre de participants et de la quantité de messages à faire passer)
Intérêt : de « moyen » à « passionnant »
Efficacité : de « très minime » à « quasi nulle »

Adopter le « learning by doing » et la supervision pour réellement progresser !

Loin de moi l’idée de bannir tout recours au concept et à la compréhension des fondements théoriques … Simplement, il faut savoir à quel moment et pour quel objectif il est plus intéressant (et efficace) de choisir un modèle qui passe d’abord par la compréhension – la connaissance – ou par un modèle plus pragmatique qui permet d’acquérir la compétencepuis d’en comprendre les ressorts.
L’apprentissage de techniques – physiques, musicales, commerciales, managériales – requière la confrontation à des situations, de la supervision et de l’entraînement.
La pratique régulière et supervisée permet la réussite … la pratique permet l’analyse d’où découle la compréhension et l’ancrage.

L’apprentissage par la pratique et la supervision, c’est aussi accepter de se confronter à ses manques, à ses « erreurs posturales » sans le vivre comme un échec mais comme une nécessité de progression. C’est dépasser la peur de la « douleur » et accepter qu’il faut du temps et de la « remise sur le métier ».
C’est plus long, c’est plus individualisé, ce n’est pas dans nos habitudes culturelles, c’est plus cher … et c’est juste plus efficace.

Dès que je tiens sur la tête (posture yoga), je vous le dis !

Vous voulez être un(e) pro de la relation commerciale et / ou managériale … Vous voulez être capable de gérer parfaitement des situations relationnelles complexes : contactez-nous et parlons-en !

Excellente semaine !

Développement professionnel

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.